Lenovo, en pleine restructuration, revient à un management chinois

Cette annonce intervient au même moment que celle de mauvais résultats au troisième trimestre.

Le premier grand changement est le retour à son ancien poste de Liu Chuanzhi, président fondateur du groupe, âgé de 65 ans. En 2005 M. Chuanzhi avait remis ses fonctions de président de Lenovo à Yang Yuanqing mais il était resté vice-président de Legend Holdings, la société mère de Lenovo.

Le second grand changement concerne la stratégie des ventes qui va être axée sur le marché intérieur.

Le troisième changement est lié à une concentration plus grande sur le marché des particuliers au lieu de celui des entreprises.

Le dernier grand changement consiste à ce que Yang Yuanqing, le président de la société, devienne président directeur général, en remplacement de Bill Amelio, dont le contrat avec Lenovo a expiré.

M. Chuanzhi avait fondé la compagnie qui a précédé Lenovo il y a 25 ans et a été président de Lenovo jusqu’en 2005, lorsque la compagnie avait acquis la division PC d’IBM.

Durant les trois années suivantes, la compagnie s’était transformée en compagnie internationale centrée sur le développement en dehors de la Chine.

M. Chuanzhi a déclaré dans un communiqué publié jeudi : « Lenovo s’est développée avec succès sur la scène internationale, mais en ces temps cruciaux, nous voulons accorder une attention particulière à nos affaires en Chine parce que celles-ci représentent le fondement de notre stratégie commerciale globale et de notre stratégie de croissance. »

Il a nié que Lenovo allait abandonner les marchés étrangers arrivés à échéance.

L’annonce de Lenovo coïncide avec la publication de ses résultats du troisième trimestre (qui s’est achevé en décembre) qui montrent des pertes nettes de 96.7 millions de dollars, les premières depuis 2005.

Les exportations de PC de la compagnie ont baissé de 5% par rapport à l’année précédente à cause de la baisse continue de la demande mondiale ainsi que du déclin du marché chinois.

Le mois dernier, Lenovo a annoncé 2500 suppressions d’emplois dans le monde pour économiser 300 millions de dollars durant la prochaine année fiscale, notamment à cause de problèmes rencontrés sur le marché chinois.

En tant que plus grand marché de Lenovo, la Chine continentale a contribué à hauteur de 45% de ses revenus.

Le responsable financier en chef du groupe Wong Wai-ming a déclaré lors d’une conférence de presse en ligne que la compagnie n’avait pas d’autres plans de licenciements « pour ce mois ».

Source : Konaxis

Leave a Reply