Brésil Chine commerce

Le président chinois, Hu Jintao, a discuté pour la première fois l’idée d’utiliser le renminbi chinois en tant que devise de commerce lors de sa rencontre avec M. Lula au sommet du G2O à Londres le mois dernier.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva était en visite à Pékin et a parlé à son homologue chinois de l’idée de remplacer le dollar par le real brésilien.

Les deux parties continueront les discussions sur la perspective pour le Brésil de payer les produits chinois en real et pour la Chine de payer les produits brésiliens en renminbi.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, qui a conclu sa visite de trois jours en Chine le mercredi 20 mai, a assisté à la signature de plus d’une douzaine d’accords, englobant les domaines de l’énergie, de la finance et autres. Plus tôt dans la journée, M. Lula avait assisté à la signature des accords concernant l’échange de données d’un programme de satellite sino-brésilien commun avec des nations africaines.

Après sa conversation mardi avec le président Hu Jintao et avec le premier ministre Wen Jiabao, les deux parties ont dévoilé 13 autres accords englobant les domaines de la science, de l’espace, de la justice, des ports et des produits agricoles.

Un des accords porte sur l’expansion des accords précédents selon lesquels le Brésil devait approvisionner la chine en pétrole contre un crédit de 10 milliards de dollars pour la prospection pétrolière, délivré par le China Development Bank. Selon cet accord d’approvisionnement en brut, le pétrole, le géant brésilien du pétrole et du gaz Petrobras a convenu de fournir 150.000 barils de pétrole brut par jour à la raffinerie chinoise de Sinopec cette année, et 200.000 barils par jour à Pékin pendant neuf ans à partir de 2010.

La Chine est le partenaire commercial le plus important du Brésil, mais M. Lula déclare qu’il perçoit d’autres potentialités pour une immense expansion du commerce bilatéral, qui a fait un bond à 36,44 milliards de dollars l’année dernière.

La presse officielle chinoise a indiqué que Le Brésil et la Chine se sont également mis d’accord mercredi pour fournir des données aux nations africaines à partir de leur programme de satellite commun. Selon l’agence de presse officielle Xinhua, des stations à Hartebeeshoek, en Afrique du Sud, à Aswan en Egypte et à Maspaloms en Espagne vont traiter et distribuer les données aux Etats africains en provenance du China-Brazil Earth Resources Satellite-02B (CBERS-02B).

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a assisté à la signature des accords concernant le partage des données dans un centre spatial à Pékin, lors de la dernière étape de sa visite de trois jours en Chine.

Le programme satellitaire sino-brésilien a commencé en 1988 avec le premier de trois satellites lancé en 1999. Le lancement d’un quatrième satellite est prévu pour 2011.

Source : Konaxis

Leave a Reply