Indice des prix à la consommation

L’IPC a baissé pour le troisième mois consécutif depuis février lorsqu’il a chuté de 1.6%, tandis que l’IPP, une jauge importante de l’inflation, a baissé pour le quatrième mois consécutif.

Les prix des aliments, qui représentent le 1/3 de l’IPC, ont baissé de 1.3% sous l’effet de la chute de 28.6% enregistrée dans les prix du porc suite à l’effondrement de la demande consécutif à la grippe porcine. Les prix des produits non-alimentaires ont également chuté de 1.5%.

L’indice des prix à la consommation a baissé de 0.2% par rapport au mois précédent et le chiffre de janvier montre une baisse de 0.8% par rapport à la même période de l’année dernière. L’IPP a chuté de 6.0% en mars et de 4.6% pendant le premier trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

Lian Ping, économiste en chef à la Banque des Communications, a déclaré que l’affaiblissement reflétait la base élevée de comparaison, depuis que l’IPC a augmenté de 8.5% en avril dernier. Les baisses consécutives ne présagent pas d’une déflation et le chiffre pourrait augmenter à partir de la moitié de l’année.

Li Huiyong, analyste auprès de Shenyin & Wanguo Securities a déclaré que la chute des prix de l’acier et du fer a poussé l’IPP à la baisse.

Cependant, M. Huiyong a affirmé que le chiffre pourrait augmenter à partir de mai, du moins d’un point de vue mensuel, les prix des produits mondiaux ayant commencé à augmenter tandis que des signes de relance économique commencent à être perceptibles.

Le mois dernier, les prix intérieurs du cuivre, de l’aluminium et du zinc ont augmenté de 10 à 20% en moyenne. Les prix des produits pétroliers ont également augmenté.

Les baisses consécutives de l’IPC et de l’IPP ont créé une inquiétude à propos de la déflation dans la troisième économie du monde. Mais les analystes ont affirmé qu’étant donné la nature inflationniste du plan de relance gouvernemental et de l’expansion massive du crédit bancaire durant le quatrième trimestre, la déflation était improbable.

Le pays a injecté 4.58 trillions de yuans (670 milliards de dollars) de nouveaux crédits dans l’économie durant le premier trimestre pour stimuler la croissance.

Le prêt dans les premiers mois de 2009 a déjà approché les 5 trillions de yuans de nouveaux emprunts visés pour l’année entière. Au mois de mars seulement, les nouveaux prêts ont enregistré une augmentation record de 1.89 trillion de yuans.

En fait, les baisses dans l’IPP et l’IPC ont été prévues par la Banque Populaire de Chine (BPC, la banque centrale), et le Centre d’Information de l’Etat s’est basé sur ses rapports avant l’annonce du BNS.

Une centaine d’économistes interrogés par le Centre Chinois d’Analyse et de Formation Economiques appartenant au BNS à la fin de mars avaient prévu que le chiffre pour l’année entière serait compris entre 0 et 0.2%.

Source : Konaxis

Leave a Reply