Un accord trilatéral pour équilibrer le commerce agricole

La Chine, le Japon et la Corée du Sud, trois des principales économies d’Asie de l’Est, ont convenu dimanche, à un sommet à Pékin, de commencer à parler de la formation d’un accord de libre-échange cette année.

M. Sun, le négociateur en chef chinois de l’accord, a déclaré que le Japon et la Corée du Sud surprotègent leurs propres industries agricoles et que les différends commerciaux sur les produits agricoles ont mis en place une barrière à l’établissement d’un accord.

Selon une enquête réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économiques – une organisation qui promeut le commerce mondial et aide à coordonner les politiques économiques des membres – 63 % des revenus des agriculteurs sud coréens proviennent de subventions gouvernementales.

Pour les agriculteurs japonais, le pourcentage des subventions dans les revenus est de 53 %. Ce sont les deux pourcentages les plus élevés de tous les pays du monde.

«La surprotection a entraîné des prix des produits agricoles déraisonnablement élevés au Japon et en Corée du Sud», a déclaré Bian Zhenhu, directeur de la Chambre chinoise de commerce des denrées alimentaires et des produits locaux au ministère. « En revanche, les produits agricoles chinois sont moins chers. »

Les droits de douane élevés fixés sur les produits agricoles dans les marchés japonais et sud-coréen devraient diminuer dans une certaine mesure une fois l’accord de commerce établi, offrant un marché plus équitable pour le commerce entre les trois pays.

L’année dernière, la valeur des exportations agricoles chinoises vers le Japon a atteint 10,99 milliards de dollars. La valeur des exportations agricoles du pays vers la Corée du Sud était de 4,17 milliards de dollars en 2011, soit une augmentation de 18,3 % par rapport à la même période de l’année précédente.
Des exportations agricoles de la Chine, celles vers le Japon et vers la Corée du Sud ont représenté 25,2 % du total.

Source : Konaxis

Leave a Reply