WorldWatchReport 2009

Le marché asiatique, fort d’une croissance des exportations horlogères de plus de 13% en 2008, se profile comme une région du monde dotée de grandes perspectives commerciales pour l’industrie. En voie de devenir le 2e plus grand pays consommateur de biens de luxe dès 2015, la Chine et son voisin le Japon comptent désormais plus de 400 millions de citoyens connectés à Internet, soit autant qu’en Amérique du Nord et qu’en Europe.

Zoom sur la Chine : la notoriété des marques prime!

En Chine, 81% des intentions de recherche concernent les marques horlogères, le plus haute score pour l’intention « Brand » rencontré dans l’analyse, alors que seulement 8% sont liées aux modèles, la plus faible proportion d’intention de recherche « Model ».

Comment expliquer un intérêt si marqué pour les noms de marques au détriment des collections et modèles ?

L’arrivée, il y a une quinzaine d’années seulement, des grandes marques de luxe ont profondément transformé le paysage du secteur en Chine. Malgré une large population urbaine et fortunée dont la consommation de produits de luxe représenterait, selon China Daily, 60% des ventes de l’industrie du luxe à l’international, la clientèle chinoise semble ne pas disposer d’une connaissance produit accrue. Leurs intentions de recherches sur Internet concernant les 30 marques du rapport en témoignent. L’attention que la clientèle chinoise consacrerait aux marques horlogères se limiterait, pour l’instant, aux noms de marques. Malgré un intérêt grandissant pour le secteur, les consommateurs chinois auraient encore des difficultés à distinguer les spécificités de l’offre horlogère parmi le grand nombre d’acteurs du marché : « the country’s big spenders are often only aware of the most popular luxury labels » (Luxury Brands in China, KPMG, 2008).

Conséquence des campagnes de notoriété lancées par les grands horlogers présents en Chine, la clientèle chinoise a été jusqu’à maintenant principalement touchée par des visuels traduisant les noms, logos et univers de marques dans la presse ou lors d’événements. Comment, dans ce contexte, soutenir la promotion de la culture de la haute horlogerie, l’héritage, la qualité et l’expérience qu’elle suscite ? N’y aurait-il pas pourtant un potentiel de différenciation pour les marques et détaillants avec une communication offrant plus de visibilité aux collections, modèles et savoir-faire horlogers ?

Source : IC-Agency / Europa Star

Source : Konaxis

Leave a Reply