Le fondateur de Baidu encourage les expatriés qualifiés à travailler en Chine

Robin Li, directeur général de Baidu, a recommandé de faciliter l’acquisition de visa afin d’attirer des travailleurs chinois.

Baidu expat« La Chine devrait être plus ouverte dans sa politique d’immigration », a annoncé Li Yanhong à Pékin en mars. Grâce à une facilitation d’obtention de visa, la Chine pourra accueillir de nouveaux talents. Sans ces derniers, l’empire du Milieu ne pourra pas surpasser la Silicon Valley. Récemment, la Chine a déjà fait un grand effort pour les attirer, mais la plupart d’entre eux sont des Chinois étrangers.

Objectif : surpasser la Silicon Valley
Le fondateur de Baidu a également précisé que le président américain a offert une occasion rêvée pour attirer des collaborateurs qualifiés, notamment dans la nouvelle technologie. Toutefois, les entreprises technologiques ont besoin du soutien du gouvernement pour libéraliser la politique d’immigration. Ces transformations de restriction vont permettre à rivaliser contre la Silicon Valley et à développer son innovation.
D’après les rapports de la Sécurité intérieure des USA, il y avait 13,1 millions de détenteurs de carte verte aux États-Unis en 2013. Cette distribution de celles-ci a commencé en 2004 bien que le nombre réparti reste relativement faible. Le plan de départ était juste de donner le droit de séjourner à 7 356 étrangers selon le plan des 10 premières années. Toutefois, le nombre d’immigrés se monte à 600 000 personnes.
La demande de collaborateurs qualifiés dans le secteur de la technologie est toujours en croissance, notamment dans ces dernières années. Les grandes entreprises telles que le géant de l’e-commerce Alibaba et la société de télécom Huawei sont les premières à jouir de la facilitation de l’acquisition de visa. Miao Lu, secrétaire général du gouvernement chinois, a affirmé que les restrictions de Trump étaient une occasion en or pour séduire les étrangers qualifiés dans le domaine de la technologie.

Xi Jinping a annoncé au cours du mois de janvier qu’il allait réviser son régime sur la résidence permanente. Le Quotidien du Peuple a rapporté qu’il y aura une nouvelle version de la carte de séjour. D’ailleurs, l’organisation de Miao Lu a proposé d’établir un nouveau bureau d’immigration national qui sera consacré à traiter les demandes de visa. Pour le moment, les demandes sont traitées par le Ministère de Sécurité publique.

Nouveau visa de travail
La nouvelle politique sur le visa de travail devait commencer le 1er avril. Toutefois, son déploiement n’aura lieu que dans 6 mois. Dans ce nouveau type de visa, les employés étrangers sont classés dans trois catégories : A, B et C.

Catégorie A : Les personnes occupent une haute importance dans la société. Ce sont surtout des scientifiques dans l’industrie de la science et de la technologie.

Catégorie B : Les employés doivent au moins posséder une licence et avoir au moins deux ans d’expérience professionnelle.

Catégorie C : Cette catégorie s’adresse surtout aux employés saisonniers ou temporaires.

Ce système est régi par un système de points. Les employés ayant plus de 85 points sont rangés dans la catégorie A. Quant à ceux qui obtiennent plus de 60 points, ils appartiennent à la catégorie B. Pour le reste, ils sont rangés dans la catégorie C.
D’après le Global Time, La Chine va encourager la catégorie A à s’installer et à travailler dans le pays tout en limitant les catégories B et C.

Attirer les expatriés qualifiés : pas une mince affaire
Le principal défi de Pékin est de réussir à convaincre les expatriés de venir travailler en Chine. Beaucoup d’étrangers sont réticents à travailler en Chine à cause du haut niveau de pollution. D’après une enquête en ligne sur la plateforme 36kr.com, la moitié des 300 entrepreneurs ayant répondu le sondage désire quitter la Chine à cause de la pollution atmosphérique.

Leave a Reply