Au-delà du marché chinois

[ Par Andy Scott, éditeur en chef, China Briefing ]

Ayant débuté en Thaïlande pour rapidement se répandre au reste des économies émergentes d’Asie, ce qui a d’abord été désigné par la banque mondiale et le fond monétaire international comme le « miracle économique asiatique » et un grand accomplissement a fini par s’effondrer en juillet 1997 lorsque le baht thaïlandais s’est écroulé. Les autres marchés de la région ont été entraînés dans cette spirale et avant que la situation ne se redresse, le président Suharto en Indonésie a été contraint de se retirer, la croissance aux philippines a connu un arrêt brutal et la Malaisie a vécu sa première récession depuis des années.

A l’instar de l’actuelle crise du crédit, la crise financière asiatique est survenue lorsque les banques ont failli suite à des empreints massifs, laissant les entreprises sans possibilité de crédit et contraignant ces dernières à diminuer drastiquement leurs opérations. A la suite de cette première crise, la plupart des banques asiatiques sont devenues bien plus prudentes quant à la délivrance de prêt. Par conséquent, les problèmes affectant actuellement l’Asie sont plus d’ordre économique que financier. En tant que partie intégrante de la chaîne logistique qui a pendant des années profité des exportations bon marché depuis l’Asie, et en particulier depuis la Chine, en direction de l’occident, les pays asiatiques font désormais face à un ralentissement global du commerce et ce en raison de la chute des ventes et de l’augmentation des prix.

A l’instar de l’actuelle crise du crédit, la crise financière asiatique est survenue lorsque les banques ont failli suite à des empreints massifs, laissant les entreprises sans possibilité de crédit et contraignant ces dernières à diminuer drastiquement leurs opérations. A la suite de cette première crise, la plupart des banques asiatiques sont devenues bien plus prudentes quant à la délivrance de prêt. Par conséquent, les problèmes affectant actuellement l’Asie sont plus d’ordre économique que financier. En tant que partie intégrante de la chaîne logistique qui a pendant des années profité des exportations bon marché depuis l’Asie, et en particulier depuis la Chine, en direction de l’occident, les pays asiatiques font désormais face à un ralentissement global du commerce et ce en raison de la chute des ventes et de l’augmentation des prix.

Les pays émergents d’Asie s’efforcent dorénavant que les comportements de leurs populations se rapprochent davantage de ceux ayant cours en occident, c’est-à-dire que la consommation prenne le pas sur l’épargne. En 2007, les dépenses de consommation participaient à hauteur de 35% à l’économie chinoise. Aux Etats-Unis, elles sont de 64%. Concernés par la dépendance à l’étranger dont souffrent leurs économies jusque là basées sur les exportations, les gouvernements asiatiques commencent à mettre en place des politiques visant à inciter les dépenses domestiques. Par exemple, la banque centrale thaïlandaise a conservé son taux de change de référence inchangé après les deux augmentations qui ont eu lieu depuis juillet afin de renforcer la confiance. De plus, la banque centrale vietnamienne a baissé son taux de change de référence en octobre d’un point à 13% dans le but de libérer le crédit pour les entreprises. Ce relâchement monétaire vient remettre en cause les trois hausses précédentes de cette année, de 8,25% à 14%, et qui avaient pour objectif de réduire les liquidités et d’infléchir l’inflation à deux chiffres du Vietnam. « Les compagnies locales en manque de liquidité auront l’opportunité d’obtenir des prêts bancaires pour soutenir leurs affaires et promouvoir les investissements » a annoncé lors d’un communiqué en ligne la banque d’état du Vietnam.

Tandis que les consommateurs asiatiques restent prudents face au ralentissement mondial, les gouvernements de la région espèrent que les ménages augmenteront leurs dépenses aux dépens de l’épargne.

Lire la suite :
Les pays émergents d’Asie à surveiller

Reproduit avec l’aimable autorisation de China Briefing magazine

Pour en savoir plus, l’étude complète est disponible (après inscription gratuite) sur le site China Briefing avec d’autres archives

Pour plus d’informations sur le droit en Chine et les questions fiscales ou pour obtenir des conseils dans ce domaine veuillez contacter info@dezshira.com

Leave a Reply